Actualités

La médiation sociale

Face aux exclusions - économiques, sociales et politiques - qui touchent souvent les plus pauvres, la médiation de quartier - ou médiation sociale - constitue un outil majeur pour redonner aux habitants responsabilité et créativité dans leur vie quotidienne. Participer concrètement à la gestion démocratique des problèmes de son quartier ou de sa commune peut faire naître et grandir, chez les citoyennes et les citoyens, un sentiment d’appartenance à la collectivité

La médiation sociale recouvre un ensemble de processus qui touchent à l’éducation, à l’intégration économique et sociale, à l’accès aux droits... C’est pourquoi les médiateur-e-s - qu’ils soient salariés ou bénévoles - doivent faire preuve à la fois d’expérience et de compétences. Dès lors que les droits fondamentaux sont garantis, ces pratiques basées sur l’intervention d’un tiers apportent une meilleure compréhension mutuelle. La médiation est maintenant reconnue comme mode non-violent de gestion des différends et des tensions.

Affronter les problèmes de violences dans les quartiers exige de bannir les discours qui, sous couvert de « compréhension » de ces phénomènes, excusent tout et déresponsabilisent. Cela exige également de redonner sa place à l’humain pour l’intégrer, avec tous les acteurs, aux processus de règlement des problèmes. Les politiques urbaines ne pourront en effet vaincre les exclusions sociales qu’en mobilisant tous les professionnels, les associations, les habitants et les élu-e-s de ces territoires, sur des projets communs élaborés ensemble et menés dans la durée avec des moyens significatifs.

Le face à face, parfois exacerbé, entre les jeunes des quartiers et les institutions ne peut mener qu’à des affrontements toujours plus violents et meurtriers, dans une spirale sans fin. « Œil pour œil et le monde deviendra aveugle », disait Gandhi. Au service des citoyens, la médiation sociale est capable de créer les synergies nécessaires pour relever le défi de la démocratie et de l’indispensable développement social, urbain, culturel et humain. Basée à la fois sur le respect et la fermeté, la prévention et la sanction, une politique de médiation s’appuie sur des principes et des valeurs qui s’imposent à tous, citoyens et institutions. Avec Martin Luther King, nous pensons qu’« il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sous peine de périr ensemble comme des imbéciles ». Le temps presse... Pour en savoir plus. Accéder au site nonviolence-actualité.org

Posté le jeudi 9 septembre 2010